AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Leora Shad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leora Shad

avatar

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1
Age : 24
Nationalité : Française

MessageSujet: Leora Shad   Jeu 24 Oct - 16:56

Dossier médical


Nom & Prénom-Shad Leora

Sexe-F

Âge-20 ans

Nationalité-Française

Traits physiques-Ses cheveux auburn lui caressaient le dos et la poitrine. Ses yeux verts foncés renfermaient tellement de douleur et de force. Ils changeaient de couleur selon le temps ; en temps de pluies ils devenaient un peu plus foncés encore, alors que sous le grand soleil d’été on croyait voir dans son regard l’étendu de l’océan. Sa peau était de la même couleur que la neige et d’une douceur incomparable. Elle portait de nombreux tatouages : au bas du ventre, dans le dos, sur la poitrine, tout le bras gauche et le poignet droit, ainsi que la cuisse gauche. Sans oublier les piercings qu’elle devra certainement enlever si elle intègre le CSHEMAS : 2 à la lèvre inférieure, 1 au nombril, 1 à langue et 1 au nez.

Taille-160 cm

Poids- 45 kg

Maladie ou handicap physique-

Autres-Elle a de nombreuses cicatrices le long de ses bras, de ses jambes et sur son ventre.


Dossier psychologique


Qualités-simplement gentille, douce

Défauts-solitaire, curieuse

Aime-les choses simples de la vie, la musique et lire

N'aime pas-le regard des gens, la violence contre autrui

Comportement avec les gens-elle est très timide et a peur du regard des autres, c’est pour cela qu’elle reste toujours seule et ne va vers personne. Mais cependant elle ne mâche pas ses mots lorsqu’elle a quelque chose à dire.

Maladie ou handicap mental-anorexie mentale, personnalité borderline, forte violence personnelle,  phobie sociale, dépendante à tout ce qui peut conduire à un état second (alcool, drogue)

Valeurs-plus aucune

Tics-se mord la lèvre, tripote toujours son petit bracelet rouge

Passé- Son père lui avait ordonné d’aller se cacher dans le grenier et d’attendre qu’il vienne la chercher. Mais au bout de plusieurs heures alors qu’il n’était toujours pas là, elle décida de sortir de sa cachette et de voir ce qu’il s’était passé et pourquoi il y avait eu autant de bruit. Elle tremblait, les larmes plus brulaient ses joues rosies. Elle avait peur. Tout ce qu’elle se souvient à l’heure d’aujourd’hui c’est que plus personne ne répondait. Elle secouait son père couché dans la cuisine, elle l’appelait, lui demandait pourquoi il dormait :
« PAPA !!! Mais réponds moi, pourquoi tu n’es pas venu me chercher, je t’attends moi ! PAPA !!! Réveille-toi, j’ai peur ! ».
Il était allongé dans une mare de sang, la  petite fille en avait partout sur elle a force de secouer son pauvre père, mort à ses pieds. Elle se releva d’un coup, couru dans le salon et s’écrasa contre le parquet glissant. Elle se mit à pleurer de plus belle et tourna sa tête vers le piano. Elle sourit, se releva et pris sa mère dans ses bras.
« Maman, tu es là ! ».
Cependant, au même moment, la tête de sa mère, glissa et roula sur le sol. Prise de panique, elle lâcha sa mère et le corps sans tête bascula en arrière et frappa le sol dans un bruit assourdissant.
« Maman … ».

De ses 7 ans à ses 16 ans, son parrain l’éleva comme sa propre fille, enfin, comme le fardeau qu’il avait dut récupérer après la mort de ses meilleurs amis.  Il n’aimait pas les enfants et encore moins sa filleule.
La fillette détestait le compte de Cendrillon, en réalité, elle était jalouse. Pourquoi pour Cendrillon ça se finissait bien alors qu’elle, elle était coincé dans ce monde infernal où elle se sentait seule, incomprise, mal aimée  et impuissante. Ses parents lui manquaient, elle pleurait tous les soirs et lorsqu’elle pleurait, il venait la faire taire en la frappant plus fort à chaque fois.
Elle avait essayé d’alerter l’extérieur de sa situation :
« Maîtresse, pourquoi j’ai pas le droit de pleurer moi ? Thomas est tombé, il pleure et on lui dit rien … Moi j’ai pas le droit à la maison.
- Mais de quoi parles-tu Leora ?
- Parrain, quand je pleure, il me met une fessé ! ».
Consternée, la maîtresse avait forcément parlé de cet incident au parrain de Leora. Il avait largement démentit cette histoire. Il était tellement, beau, social. Tout le monde fut forcé de le croire et comme la petite ne portait pas de trace au moment de l’examen … Une fois lavé de tous soupçons, il s’acharna sur Leora et lui fit bien comprendre de ne plus pleurer, et de ne plus parler de tout cela.
Elle ne pleura plus. Elle fut traitée de menteuse pendant quelques années à l’école. Elle les détestait tous et elle se détestait encore plus d’avoir cru en l’espère humaine.
Vers l’âge de 14 ans, elle se vit grandir, elle ne comprenait pas ce qu’il se passait : la poitrine, les règles, les formes qui apparaissaient sur son corps fragile. Elle était effrayé, elle n’allait presque plus au collège.
*A quoi bon après tout ? Ils me dévisagent tous, ils me font peur. »
Elle avait de moins en moins d’appétit, perdait beaucoup de poids elle qui n’était déjà pas grosse … Quand tout à coup, elle ne pris plus de poitrine, ses formes disparurent et elle n’eut plus ses règles, elle souriait pour la première fois depuis longtemps.
Le jour de ses 16 ans, il rentra plus tard que d’habitude.
« J’ai fait le dîner mais ca va être froid.
-J’en veux pas de ton dîner de merde, j’avais autre chose à faire !
-Tu as bu ?
-Mais de quoi je me mêle ? Tu n’as rien à me dire. Tu vas gentiment ranger tout ça et aller dans ta chambre !
-Mais …
-Mais quoi ? Ca y est tu as 16 ans alors tu oses me contredire ? Tu m’énerves, tu n’es qu’un fardeau, une moins que rien ! »
Le parrain de la belle adolescente fut pris d’une rage immense. Il l’attrapa par les cheveux et lui écrasa la tête sur la table. Il lui mit un coup de pied dans le ventre et la laissa tomber sur le sol. Et il la frappa, encore et encore pendant près de 20 minutes. Elle crue mourir ce soir-là.
Elle resta couchée sur le sol à moitié évanouie. Lorsqu’elle se réveilla il faisait nuit noire et il n’y avait plus aucun bruit. Elle prépara un sac avec le peu de vêtement qu’elle avait et une photo de ses parents.
Elle entra dans la salle de bain et vit son parrain endormie dans l’eau du bain toujours habillé. *Il a beaucoup trop bu ce soir* murmura-t-elle. Elle fit une légère pression sur le haut de son crâne et elle regarda le corps de l’homme qui l’avait torturé durant toutes ses années s’enfoncer un peu plus dans l’eau et ne plus jamais se réveiller.

La mort de son parrain ne lui avait pas été reprochée, elle avait simplement pris la fuite ce soir-là après avoir été battue. Depuis la nuit de sa fugue, elle parcourait les rues de la capitale à la recherche d’un logement et d’un peu d’argent pour s’en sortir. Elle marchait dans un quartier pas très bien réputé lorsqu’elle lui rentra dedans.
« Je suis désolée, pardon.
-Ce n’est rien, je ne faisais pas attention. »
Elle repartit avec lui. Avec lui elle se sentait plus vivante, ou moins invisible. Elle connut le premier amour, ainsi que la suite de sa destruction. Elle se mit à boire pour oublier son passé, elle prit de la drogue parce que l’alcool n’était plus assez fort. Et il disparut un jour et ne revint jamais plus. Elle ne pleura toujours pas, elle se retrouva vite sans argent et sans plus rien pour oublier la vie qu’elle avait. Quelque chose lui brûlait dans le ventre, sa tête allait exploser, elle avait froid mais transpirait comme si elle avait de la fièvre, elle tremblait comme une feuille.
« Tu es malade.
-On se connait ?
-Non mais je peux t’aider.
-Pourquoi ?
-Tu es assise là, toute seule, dans une ruelle à 2 heures du matin. Tu transpires et tu trembles. Tu ne devrais pas tarder à avoir envie de vomir …
-Comment tu …
-Prends ça, tu me rembourseras une prochaine fois. »
Elle prit ce que l’homme lui avait donné et l’avala d’une traite sans réfléchir. Elle se senti mieux, beaucoup mieux. Il l’a retrouva le lendemain et lui demanda l’argent qu’elle lui devait mais elle n’en avait plus. Il trouva une autre façon d’être payé et elle entra dans ce cercle vicieux dont elle pensait ne jamais se sortir.
Elle ne vivait plus pour elle, elle était absente, elle voyait quelqu’un gâcher la vie qu’on lui avait offerte. Elle se regarda dans le miroir, lorsqu’elle vu le noir autour de ces yeux vers, elle pensa à ce qu’elle avait dut faire pour avoir le droit à un peu d’oubli, un peu de bonheur, car oui elle était heureuse que lorsqu’elle était dans un état second. Elle hurla, frappa son reflet dans le miroir, la main en sang elle prit un morceau de miroir et se trancha les cuisses.
Plus tard elle trancha son ventre, il la brulait dès qu’elle était en manque. Un soir elle prit la fuite. *Je veux mourir ce soir, j’ai 20 ans. Je ne veux plus vivre comme ça.* Elle se coupa les poignets, les avants bras et tomba.
Elle se réveilla dans cet hôpital. Une fois rétablie et diagnostiquée, son dossier fut transféré dans un établissement bien plus compétant : le CSHEMAS. Elle n’attendait plus qu’une réponse.


Autres-


Dossier criminel


Crime(s) commis - meurtre de son parrain. Connue d’elle seule puisqu’elle fut innocentée.

Matricule-

Personnage sur l'avatar-

Code de validation-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Leora Shad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Shad Gaspard
» présentation de Shad Blackburn
» Shad Howl, créature obscure
» Santino & Luke Gallows Vs Shad & Jtg
» Les voies du Destin sont insondables [Pv Nedru, Darm, Noah et Shad]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asilum :: Avant de Jouer :: Fiches :: Fiches médicales-