AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le chant du vent. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aleksis Cole
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 628
Age : 27
Nationalité : Australien

MessageSujet: le chant du vent. [PV]   Dim 10 Mai - 13:53

Dès que j’eus mis les pieds dans la salle commune plusieurs se turent. Depuis un certain temps tous me fuyaient. Comme si j’étais un fléau. J’étais comme la peste noire en personne. Tout cela m’importait peu sauf qu’à la force ça devenait désagréable. Partout où j’allais, on agissait avec peur. Les patients me craignaient car ils craignaient que le Doc tombe sur eux. Je les comprenais dans un sens. Le plus fou n’allait pas se tenir avec le souffre-douleur du Doc s’il voulait ne pas être traité que je l’étais.

Je me dirigeai vers le divan blanc qui faisait face à la baie vitrée. Il y avait déjà quelqu’un.

Je peux?

Sans le moindre commentaire, la patiente se leva en vitesse et alla s’asseoir sur un fauteuil, seule. –Il y a assez de place pour deux.- Je m’assis et basculai ma tête vers l’arrière. La position n’était pas très agréable puisque j’avais les mains menottées dans le dos, mais c’était mieux que rien.

Le vent dehors créait un chant merveilleux. Du moins, à mon avis. Une vraie force de la nature. Le vent pouvait déraciner un arbre, détruire des bâtiments et rester toujours aussi fluide. Lorsque le vent et la neige se regroupaient, cela créait un merveilleux spectacle.

Une ombre passa entre moi et la baie vitrée. Je relevai la tête pour voir qui était se courageux. J’eus un sourire. C'était le chouchou du Doc.
[c'est court je sais, mais je ferai mieux la prochaine fois]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karel Stamenkovic
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 1824
Age : 26
Nationalité : Bosniaque, Français

MessageSujet: Re: le chant du vent. [PV]   Mar 12 Mai - 8:21

Karel parcourut du regard la salle commune. Certains détenus mangeaient en petits groupes hétéroclites, d’autres s’installaient volontairement à part pour manger en paix. Le bourdonnement des conversations s’atténua quelques secondes à son entrée. Il vit quelques regards se tourner vers lui et aller de son visage à ses mains menottées, pour revenir à son visage avec une expression méfiante. Il s’approcha d’une table, mais les regards hostiles des occupants le firent bifurquer.

Il retint un soupir. Il ne tenait pas tant que ça à avoir de la compagnie, si on ne voulait pas de lui, mais il ne restait plus guère de chaise isolée libre.
A vrai dire, la seule raison qu’il avait d’être ici était qu’il savait qu’on le surveillait pour savoir s’il mangeait. Il n’avait pas l’intention d’avaler grand chose : il avait mangé hier et les crampes ne lui tordaient pas encore l’estomac, mais il savait que le surveillant, ou du moins les caméras, noteraient sa présence à l’heure du repas, ce qui pouvait avec un peu de chance lui éviter une consultation chez l’honorable psychiatre du centre.

Il hésita un instant, debout, mal à l’aise, avant de repérer un jeune homme qui s’était installé à l’écart. Un éclair métallique autour de ses poignets : il était menotté aussi. Il s’approcha, posa son plateau et s’assit en face de lui, attendant qu’il lève la tête. De prime abord, il ne semblait pas hostile.

-Hello, je suis Karel Stamenkovic.

Il jeta un regard rapide à l’instrument qui emprisonnait les poignets juvéniles. La chaîne reliant les bracelets était plus courte que la sienne, limitant davantage ses mouvements. Ce n’était pas étonnant : ce qui l’était, c’était qu’on ait décidé de le menotter, lui, Karel. Il n’y avait aucune raison logique derrière cette décision : le centre n’hébergeait à ce jour aucun enfant, et des chaînes ne l’obligeaient pas à ses nourrir. Le seul but possible était de l’humilier et tâcher de lui rendre la vie encore plus difficile. Un des chefs soignant semblait s’être déjà pris d’une antipathie profonde pour son cas, à la simple lecture de son dossier.

C’était à prévoir. Tu en aurais bavé en prison aussi. Personne n’aime les tueurs d’enfants. Au moins, ils n’ont pas mis les autres patients au courant.

_________________

L'amour n'est pas un crime: c'est une condamnation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asilum.ultimaterpg.org
Aleksis Cole
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 628
Age : 27
Nationalité : Australien

MessageSujet: Re: le chant du vent. [PV]   Mar 12 Mai - 21:02

Je fis un mouvement de tête pour approbation. Je n’avais aucune raison de refuser. Ce n’était pas de sa faute si Clarence l’aimait et pas moi. Et j’aimais la situation mieux ainsi. L’autre ne lui semblait pas aussi hostile qu’on le prétendait. De toute façon, dès que l’on avait un semblant de relation, favorable ou non, on vous évitait.

Je le regardai. Il était évident qu’il ne mangeait pas beaucoup voir presque plus. Encore étonnant qu’il ait un repas dans ses mains. Je passai mes mains dans mes cheveux coupés. Les siens, d’un blond-châtain, avaient la longueur de mon ancienne coupe. Avant que le Doc ne décide de la rafraîchir. Je poussai un soupir.

Tu n’y échappe pas?

Je lui montrai mes menottes puis les siennes. Qu’avait-il fait pour les avoir? Ça ne me dérangeait aucunement. Ce n’était pas mon problème, mais voir quelqu’un d’autre en porter me rendait plus enclin à lui parler. Puis je pointai son couteau en plastique.

Je peux?

Je me penchai pour le lui prendre et il se retrouva dans mon bas. On m’enfermait pour kleptomanie, j’allais être kleptomane. Je commençais à me faire un petit trésor sous mon lit. Peut m’emportais si les gorilles le découvraient. Je faisais ce pourquoi j’étais ici. Sans même lui demander la permission, je lui pris une carotte de son assiette. Tout en la mangeant je lui parlai.

Tu sais quoi? Je ne comprends pas pourquoi le Doc t’aime plus que les autres. Sûrement qu’il t’aime seulement pour le français. Ou sinon il te prend en pitié. Moi, je ne l’aime pas, il ne m’aime pas et c’est bien comme ça. T’imagines si mère ne lui graisserais pas la patte pour que je sois ici. Je pourrais être en ce moment devant l’Océan. Je te raconte tout ça parce que t’as l’aire d’un type bien. Enfin, parmi tous ceux qui nous entourent, t’es celui qui à l’aire le moins pire.

Je pointai mon reste de carotte dans sa direction.

Toi? Pourquoi t’as ça?

Je refis un mouvement pour montrer les menottes.


Dernière édition par Aleksis Cole le Ven 15 Mai - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karel Stamenkovic
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 1824
Age : 26
Nationalité : Bosniaque, Français

MessageSujet: Re: le chant du vent. [PV]   Ven 15 Mai - 11:06

Karel écoutait le jeune australien parler sans le regarder, remuant lentement la purée dans son assiette en petits cercles concentriques. Elle produisait de petits bruits mouillés, de temps en temps un débris plus gros que les autres remontait à la surface. Les ingrédients restaient inidentifiables, mais l’odeur qui s’en dégageait n’était pas désagréable. Peut-être en prendrait-il une bouchée, après tout. Il allait y penser, rien ne pressait.
Une remarque d’Aleksis l’arracha à la contemplation de son repas. Son expression se durcit.

-Je ne suis pas un type bien. Et le doc ne prend personne d’autre en pitié que lui-même.

Il ne s’attarda pas à exprimer ses propres hypothèses sur les raisons qui pouvaient pousser un psychopathe de l’espèce de Clarence Millet à se prendre d’affection pour lui. Il préférait ne pas penser aux assimilations que le docteur avait pu faire entre sa propre personne et Karel. Pas qu’il n’y pensa pas, de toute façon…

-Si vous voulez savoir, ça ne me fait pas particulièrement plaisir d’être le favori d’un sadique, marmonna-t-il… enfin, on ne peut pas dire que votre position soit plus enviable.

Il laissa l’autre lui voler le couteau sans broncher. Il n’irait pas loin avec un ustensile de plastique, mais chacun se raccrochait aux plus petits actes de rébellion pour rester sain d’es... pour survivre.

-Les menottes? Je ne sais pas. Quelqu’un a voulu compenser pour le favoritisme du doc, j’imagine. C’est lui qui décide, ici, mais il n’est pas seul non plus.

Il repoussa une mèche de cheveux blonds qui lui tombait dans les yeux, geste compliqué par les bracelets métalliques. Son interlocuteur n’avait plus ce problème. Sa tête maladroitement rasée lui donnait un air maladif, ou alors c’était la pâleur de sa peau et les cernes sous ses yeux. Il lui sourit. Il ne pouvait guère lui offrir plus comme réconfort.

-Aucune explication…raisonnable, si c’est ce que vous voulez savoir.

Il n’avait aucune intention d’en dire plus.

_________________

L'amour n'est pas un crime: c'est une condamnation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asilum.ultimaterpg.org
Aleksis Cole
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 628
Age : 27
Nationalité : Australien

MessageSujet: Re: le chant du vent. [PV]   Mer 27 Mai - 17:41

L’autre ne semblait pas vraiment bavard. D’un côté je le comprenais, mais de l’autre cela m’exaspérait. Il n’y avait pas un grand nombre de personnes qui pouvaient tenir un discourt «normal» et voilà qui ne désirait pas parler. Je décidai de continuer la discussion même si elle ne se faisait qu’en sens unique. Je m’installai pour pouvoir regarder l’autre jeune homme dans les yeux.

-C’est vrai qu’ils prennent n’importe quelle raison pour nous faire souffrir. Ce n’est pas un centre pour nous aider. Le Doc et ses acolytes nous enfoncent encore plus dans la folie. Tu ne crois pas? Veux-tu savoir pourquoi je suis ici? Parce que j’ai volé une auto. Une simple voiture. J’ai été considéré comme un criminel, assez dangereux selon ma mère pour m’enfermer ici. Si père savait à quoi son argent sert aujourd’hui… Que penses-tu d’une mère qui dépense la fortune familiale pour que son enfant se fasse traiter dans un asile dont le directeur est complètement timbré?

Je parlais pour parler. Je ne désirais aucune réponse de sa part car je savais qu’il ne répondrait sûrement pas à mes questions. C’était comme parler à un mur, mais en paraissant moins fou. Je passai ma main dans mes cheveux une nouvelle fois. J’avais développé ce nouveau tic depuis que le Doc avait décidé de rafraîchir ma coupe. Je repris la parole après un instant de réflexion.

-Est-ce que t’as remarqué la nouvelle. Je l’ai croisée deux ou trois fois depuis son arrivé. Tu sais? Celle qui se promène avec un classeur. Pauvre petite. Aucun enfant ne devrait finir ici. Ce n’est pas une place pour eux. En plus, il y a tellement de gens complètement cons pour s’en prendre à eux. Ils n’ont aucune morale. Je ne suis pas fier de le dire, mais je ne lui laisse pas deux semaines. Il y a trop d’hormones masculines dans l’aire. Je compati avec elle. Elle est tellement mignonne.

Je hochai de la tête. Son sort était pire que le mien. Elle n’avait pas grand chance de survivre à cet enfer selon moi. Je regardai à nouveau mon auditeur.


-Tu n'est pas d'accord? La pauvre...

[Désolée si c'est un peu court...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le chant du vent. [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

le chant du vent. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Qui craint le grand méchant loup ?
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asilum :: Hors Jeu :: Hors Jeu :: Déchets dangereux-