AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elle est où ma maman?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jimmy Purter
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 221
Age : 31
Nationalité : Français

MessageSujet: Elle est où ma maman?   Lun 4 Oct - 10:49

Jimmy venait à peine d'arriver, mais il s'était déjà perdu. Personne ne lui avait fait visiter les lieux et son sens de l'orientation avait eu autant de mal que le reste de son cerveau à se développer, si bien qu'il était complètement nul pour retrouver son chemin. Il tenait son petit lapin empaillé sous le bras, ne se demandant même pas si c'était autorisé ou pas, la notion d'interdiction n'ayant pas vraiment de sens pour lui. Il avait peur. Sa maman n'était pas avec lui, et il se sentait bien seul dans cet endroit qu'il ne connaissait pas. Il ne savait même pas pourquoi il était là. Oh, on avait bien essayé de lui expliquer, plusieurs fois même, mais expliquer à quelqu'un qui est resté bloqué à l'âge de cinq ans, qu'il va devoir aller vivre dans un centre, seul, loin de chez lui, pour le soigner, revient à peu près au même que d'essayer d'avoir une discussion avec un pingouin.

Jimmy se trainait donc lentement de couloir en couloir, de salle en salle, ne sachant pas vraiment où il allait, ni même si il n'aurait pas mieux fait de rester dans l'entrée à attendre sagement que quelqu'un vienne lui dire où était passé sa maman.

Le jeune homme commençait véritablement à paniquer. Il se demandait où était sa mère. Armé de son petit lapin sous le bras, ses doigts mis en bouche, mordillant ses ongles, le jeune homme se dirigea courageusement vers une porte bleue, qui lui inspirait confiance. Il devait savoir où était sa mère. Arrivé devant la porte, il hésita. Ce n'était pas parce qu'il se demandait s'il avait le droit d'entrer seul qui l'embêtait, mais bel et bien le fait d'y entrer seul qui l'embêtait. Si jamais il entrait, qu'allait-il découvrir? Pourrait-il ressortir?

Il paniqua et fit demi-tour, se demandant ce qu'il devait faire. Des tas de personnes passaient autour de lui, sans le voir, ne lui prêtant pas la moindre attention. Il tourna sur lui-même, pour voir si quelqu'un allait le remarquer, mais non, rien ne se produisit. Bon, il ne restait plus qu'une chose à faire : s'assoir et attendre.

Sans plus de cérémonie, Jimmy s'assit à même le sol, au mileieu de la salle. Il prit son lapin dans ses bras, le berçant doucement, puis le posa par terre, entre ses jambes maigrichonnes. Il mit ses doigts en bouche, avant de se mettre à hurler, à faire une grosse colère comme seuls les enfants de cinq ans savent en faire.

« -Je veux ma maaaaaaaaaaaaaaaaman!!!!! »


Dernière édition par Jimmy Purter le Lun 4 Oct - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Faraday [Inactif]

avatar

Nombre de messages : 120
Age : 37
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   Lun 4 Oct - 12:13

Ethan avait entrepris une nouvelle technique pour essayer de se rappeler de son passé. Il s'était mis à lire. Beaucoup de livre étaient à la disposition des patients les moins atteints, ainsi qu'aux infirmiers. Ethan avait donc pour nouvel objectif de parcourir chacun de ces ouvrages poussiéreux qui ne furent pour la plupart jamais ouverts, pour voir si quelque chose lui revenait. Mais c'est comme s'il apprenait les événements pour la première fois dans les livres d'Histoire, comme s'il voyait pour la première fois des noms comme Albert Einstein, Marie Curie dans les livres de physique, ou Adolf Hitler et Che Guevara dans les livres traitant de conflits. La seule évolution dans son état, en partie dûe à une grande faculté d'attention qu'il avait développée par ce manque de mémoire, était qu'il avait acquis une culture phénoménale, mais sans aucun souvenir de sa propre vie. Il devenait une sorte d'encyclopédie, une mine d'information dénuée de vie, de passé, de futur.

Le jeune homme était donc assis dans un des fauteuils défoncés de la salle commune, parcourant un ouvrage sur la musique ("L'histoire du rock à travers les âges"), lorsqu'un cri déchirant retentit dans la pièce, l'arrachant de sa captivation pour Kurt Cobain et Bob Dylan. Il leva les yeux et aperçu un garçon, un peu plus jeune que lui, assis contre un mur, se mordant les doigts, un lapin empaillé entre les jambes. Ethan balaya la pièce du regard. Les seuls patients présents étaient trop absorbés dans leur pathologies respectives pour en avoir quelque chose à foutre.

Résigné, Ethan entreprit donc d'aller voir le garçon, qui malgré tout l'intriguait. Il aurait pu le laisser seul, se débrouiller, comme ils le faisaient tous, ce qu'il aurait fait avec n'importe quel patient. Mais celui-ci l'attirait, pour une raison inexplicable. Il arriva à sa hauteur, s'accroupit en face de lui, et lui posa la main sur l'épaule, dans un geste fraternel. Il décida d'entrer dans le jeu du malade, considérant que c'était la seule solution de rester dans un ton amical.

Tu as perdu ta maman ? Tu veux que je t'aide à la chercher ?


Il attendit une hypothétique réaction, contemplant le regard absent de petit garçon qui lui faisait face, puis se lança dans un acte qu'il n'avait jusqu'alors jamais fait, du moins depuis qu'il était arrivé là : il saisit le garçon, et le serra fort contre lui en lui murmurant à l'oreille.

Ne t'en fais pas. Je suis là. Ça va aller.



Dernière édition par Ethan Faraday le Mar 5 Oct - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karel Stamenkovic
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 1824
Age : 26
Nationalité : Bosniaque, Français

MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   Mer 6 Oct - 11:49

(ah, en effet ><)

Karel était à demi-affaissé dans un coin de la salle commune, fixant sans le voir un point quelconque dans le ciel blanc de l’Antarctique sans le voir. Il raffinait chaque jour l’art de ne penser à rien- ou du moins à rien de la moindre importance. Il n’aimait pas particulièrement se retrouver entouré de ses congénères du centre mais la salle commune avait l’avantage d’être l’une de seule pièce pourvue d’une fenêtre, laissant voir un paysage aussi blanc et nu que les murs du centre- mais au moins un paysage. Et puis il fallait bien être quelque part.

Et il y en avait de plus en plus, de congénères, des nouveaux arrivait chaque mois, il ne se donnait plus la peine de garder trace de tous les fraichement débarqués. Ils disparaissaient tous tôt ou tard- un matin là, et puis pas là au diner, ou le matin suivant et personne en disait rien, à quoi bon, et on n’en entendait plus jamais parler. Seule une poignée de patients, peut-être plus résistants, ou jugés trop intéressants par le Dr Milet, ou simplement favorisé par un quelconque hasard restaient au travers des arrivages et des disparitions.

Un cri tira soudainement le Croate de sa léthargie végétative- un cri d’enfant. Mais non, c’était impossible…non, il s’agissait bien d’une voix adulte, un homme qui appelait sa mère en français. Son cœur chuta, il aurait mieux fait de rester dans sa chambre. Un nouveau, sans doute, c’était toujours la même chose mais ce n’était jamais plus facile. Et impossible d’ignorer le désespoir du fraîchement arrivé- ses cris ne faisaient qu’amplifier, de plus en plus déchirant. Et ils avaient définitivement une consonance étrangement enfantine qui avait sur Karel l’effet d’ongles crissant sur un tableau noir.

Le croate se leva péniblement- quelqu’un était déjà auprès du jeune homme qui criait. Avec étonnement, il vit l’homme étreindre le jeune patient comme un frère. Un coup de pied l’aurait moins surpris.

-Vous le connaissez? Faites-le taire, ou ils vont l’amener et l’enfermer...

Il laissa sa phrase en suspens, saisi. Le jeune homme qui appelait sa mère fixait sur lui des yeux d’un bleu électrique. C’était définitivement un homme et pourtant… il y avait quelque chose de troublant et familier en lui, une fragilité, qui inspirait en Karel quelque chose de violent- un dégout profond, ou autre chose entièrement...
Au même moment, un mouvement à la limite de son regard l’alerta. Quelqu’un venait.
Il prit une décision rapidement, saisit le jeune homme en crise par un bras et se tourna vers l’autre.

-Trop tard. Aidez-moi, on va l’amener dans ma chambre.

_________________

L'amour n'est pas un crime: c'est une condamnation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asilum.ultimaterpg.org
Ethan Faraday [Inactif]

avatar

Nombre de messages : 120
Age : 37
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   Mer 6 Oct - 12:47

Comme pour confirmer ce que venait de dire la nouvel arrivant, Ethan aperçu du mouvement derrière les petits carreaux des portes battantes. Il saisit alors l'autre bras de l'étrange garçon et il le traînèrent ensemble vers une chambre, ses pieds traînant par terre. Pendant ce temps, le garçon continuait de crier et de pleurnicher. Ethan était réellement intrigué par lui désormais, et ne cessait de lui jeter des regards en biais, ainsi qu'au nouvel arrivant à l'étrange accent.

Il pénétrèrent dans la chambre et assirent le garçon sur le lit. L'absence de monde comme dans la salle commune semblait l'apaiser quelque peu. Ethan se tourna alors vers l'autre homme, qu'il identifia comme bien plus jeune que lui et que l'homme-enfant. Le garçon très maigre dégageait une impression de faiblesse saisissante. Depuis qu'il était arrivé, Ethan avait maigri, mais pas à ce point. Ce garçon semblait être là depuis toujours.

Merci l'ami... Tu le connais ?

Il désigna l'autre d'un signe de tête.

Oh... Excuse-moi, je ne me suis pas présenté... Ethan. Ethan Faraday, amnésique, hanté par des visions de mon passé.


Avec un sourire chaleureux, Ethan tendit une main amicale au propriétaire de la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jimmy Purter
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 221
Age : 31
Nationalité : Français

MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   Jeu 7 Oct - 11:48

Jimmy était toujours occupé à crier, hurler à pleins poumons serait d'ailleurs plus juste pour caractériser les sons qu'il émettait. Il ne comprenait pas ce qu'il faisait là, ni pourquoi sa maman n'était pas avec lui. Il ne sentit pas le regard de certaines personnes se tourner vers lui, peu à vrai dire, étant donné que la plupart des patients étaient trop occupés par leurs propres problèmes, et trop habitués à entendre des cris, pour prêter la moindre attention à ceux-ci.

Le jeune homme sursauta lorsqu'il sentit une main se poser sur son épaule. Il ouvrit de grands yeux et regarda devant lui. Un homme assez grand, le regardait, avant de s'accroupir devant lui et de lui parler. Il avait une voix douce qui mit Jimmy en confiance, même s'il savait de source sure (sa mère lui ayant répété de nombreuses fois) qu'il ne fallait jamais parler aux gens qu'il ne connaissait pas. Mais là, il pouvait bien faire une petite exception, vu qu'il était perdu et qu'il ne connaissait personne.

Il fut par contre plus étonné lorsque l'homme en face de lui le serra dans ses bras. Il s'apprêtait à se remettre à hurler, mais il trouvait que le monsieur sentait bon, et cette odeur le calma. Il allait répondre au gentil monsieur qu'il voulait bien qu'il l'aide à retrouver sa maman, lorsqu'un autre homme, un peu plus jeune arriva. Il le fixa avec ses yeux interrogateurs. Les deux monsieurs se mirent à parler, mais Jimmy ne comprenait pas ce qu'ils se disaient. Il comprenait les mots qui constituaient les phrases, mais pas le sens complet de ces phrases. Mais avant qu'il n'ait le temps de réagir, le nouvel homme l'agrippa par le bras, l'autre aussi, et ils le traînèrent ailleurs. Pas vers sa maman apparemment. Jimmy se remit à hurler de plus belle. Il voulait sa maman, pas que deux monsieurs le prennent et l'emmènent ailleurs en le tirant comme cela. Il essaya de se débattre, mais en vain. Il arriva par contre à attraper son lapin entre ses pieds qui trainaient sur le sol. Pour rien au monde il ne voulait être séparé de son lapin.

Les deux hommes le lâchèrent enfin pour le mettre assis sur un lit, dans une chambre. Ce n'était pas sa chambre. Enfin, la chambre qu'il devait partager avec sa sœur de malheur. Si cela avait été sa chambre, elle aurait été rose (malheureusement) et bleu. Là, ce n'était pas le cas. Mais dans ce cas, où était-il? Une seule chose était sure, il avait son lapin avec lui. Et ça, c'était plutôt une bonne nouvelle. D'ailleurs, depuis qu'ils étaient dans cette pièce, il s'était calmé.

Voyant que les deux hommes commençaient à parler ensemble, il leur rappela sa présence, en disant avec l'innoncence des enfants:

« -Dis le Monsieur Gentil, moi c'est Jimmy. Mais tu peux m'appeler Yann, c'est joli et j'aime bien. Et toi, pourquoi tu m'as tirer comme ça, ça fait mal... tu es méchant! Alors t'as pas le droit de m'appeler Yann! C'est que pour le Monsieur Gentil!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karel Stamenkovic
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 1824
Age : 26
Nationalité : Bosniaque, Français

MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   Lun 11 Oct - 19:51



Karel et l’homme aux cheveux noirs arrivèrent tant bien que mal à trainer le jeune patient en crise jusqu’à sa chambre. Aussitôt, le Croate referma la porte derrière eux sans oser regarder s’ils avaient été suivis, de peur de révéler leur présence. Puis, il s’effondra à moitié sur le lit, pantelant. Son état de maigreur extrême rendait extrêmement pénible le moindre effort physique, sans parler de tirer un homme adulte et récalcitrant à travers les couloirs du centre. La tête lui tournait mais il savait, ou enfin, espérait, que ça passerait rapidement.

La chambre était exigüe et permettait difficilement la présence de trois hommes adultes. D’ailleurs, il était tout à fait interdit d’y recevoir des visiteurs. Karel espérait que le doc était en ce moment trop occupé pour garder un œil sur les écrans de ses caméras de surveillance et ne remarquerait pas la scène inhabituelle qui se déroulait entre les quatre murs blancs- dans le cas contraire, la perte du privilège que constituait en elle-même cette chambre privé serait sans doute la moindre des conséquences.

Avant qu’il puisse s’inquiéter d’avantage l’un de ses visiteurs, celui qui l’avait aidé à trainer l’autre, parla.

-Le connaitre? Non, jamais vu, répondit-il, encore essoufflé.

Il semblait qu’ils soient donc trois inconnus. Il n’avait pourtant pas imaginé l’accolade entre les deux hommes…
Puis l’autre se présenta et Karel ne put s’empêcher d’écarquillé les yeux en voyant le dénommé Ethan lui tendre la main. Il le fixa, incrédule, incapable de réaliser qu’il ne s’agissait pas d’une blague… Mais l’autre était bel et bien sérieux, le Croate sentit l’ombre d’un sourire cruel se former sur son visage, visiblement, ce gars n’avait pas tout à fait réalisé ou il se trouvait… et pourtant, c’était vrai, c’était bien ainsi qu’on faisait les présentations entre gens civilisés… il avait presque oublié.

-… c’est la première fois que quiconque veut me serrer la main depuis mon procès, remarqua-t-il à mi-voix, pour lui-même, contemplant l’amnésique avec un étonnement grandissant.

Avant qu’il put se décider à saisir la main offerte, leur compagnon se manifesta en parlant d’une voix flutée pour se présenter à son tour. Karel qui avait momentanément oublié sa présence reporta son attention sur lui et remarqua pour la première fois le lapin en peluche, incongru, que l’homme tenait serré contre lui. L’étrange jeune homme ne faisait pas attention à lui, toutefois, il regardait Ethan avec adoration. Et quand il tourna son regard bleu irréel sur lui, le Croate n’y lu que du mépris.

« … tu es méchant! Alors t'as pas le droit de m'appeler Yann! C'est que pour le Monsieur Gentil »

Il agit sans penser, dans une explosion de colère inexplicable. Il ne frappa pas Jimmy, mais le gifla, comme un enfant, sans penser. Une demi-seconde plus tard, il le regretta. Qu’est-ce qui lui prenait, il n’était pas violent, pourtant… et maintenant si l’homme-enfant se remettait à pleurer, ils étaient foutus tous les trois. Il lui plaqua une main sur la bouche pour prévenir un éventuel cri, rapprochant son visage du sien. Une part de son cerveau enregistra au passage l'odeur propre, douce et grisante, de Jimmy.

-Je m’appele Karel Stamenkovic, Jimmy. Et si tu pleures encore, tu ne reverras jamais ta maman, je te le promets.

_________________

L'amour n'est pas un crime: c'est une condamnation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asilum.ultimaterpg.org
Jimmy Purter
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 221
Age : 31
Nationalité : Français

MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   Mar 12 Oct - 13:39

Jimmy venait à peine de finir sa phrase, il sentit une main s'abattre sur sa joue. Sans vraiment comprendre, il regarda autour de lui, et c'est alors que la douleur commença à se faire ressentir. Une douleur aiguë, qui se manifester dans chacun des pores de sa peau, qui venaient d'être touchés par cette gifle. Les larmes lui montèrent aux yeux. Il ne comprenait pas pourquoi il venait de se faire... frapper? Frapper, oui c'était exactement ça. Il venait de se faire frapper par le même homme qui l'avait tiré dans les couloirs. Cet homme était définitivement méchant. Jimmy vit dans son regard quelque chose de particulièrement gênant. Pourquoi le regardait-il comme ça? Jamais personne ne l'avait regardé comme ça. Il avait peur de lui. Il allait se remettre à pleurer, à crier de toutes ses forces, parce que de un, il avait mal, et de deux il n'avait pas apprécié le comportement de l'homme en face de lui, et il avait donc toutes les raisons du monde de se mettre à crier et pleurer. En plus il avait surpris un regard de cet homme sur son lapin. De quel droit un homme aussi méchant regardait SON lapin?

Il allait faire comprendre que ce qui venait de se passer ne lui plaisait pas, lorsque l'homme plaqua une main sur sa bouche l'empêchant de hurler. Mais ce n'est pas ça qui le frustra le plus. La phrase que l'homme lui murmura fut vraiment ce qui le rendit triste:

-Je m'appelle Karel Stamenkovic, Jimmy. Et si tu pleures encore, tu ne reverras jamais ta maman, je te le promets.

Sa maman? Il ne reverrait plus jamais sa maman? Mais pourquoi? Qu'avait-il fait de mal? C'était à cause de sa sœur s'il était là, oui, ça devait forcément être ça, c'est toujours de la faute de sa sœur. Ah, sa sœur, il aurait du faire moins de bruit cette nuit là, comme ça elle aurait pas eu le temps de crier avant d'être bruler.

Des larmes silencieuses coulaient encore sur ses joues. La main du monsieur était toujours sur sa bouche, l'empêchait presque de respirer. Il en voulait à cet homme. Il en voulait de son comportement, et il lui en voulait de lui avoir dit ça. Il voulait revoir sa maman. Et il voulait dans l'immédiat que cet homme le lâche, et pour ça il ne voyait qu'un moyen: mordre. Il gigota un peu comme il savait si bien le faire, et parvint à planter ses crocs dans la main du monsieur, ce qui n'eut pas l'air de lui plaire. Une fois sa bouche dégagée, il put parler:

« -T'es un méchant monsieur Karel Stamotruc! Tu fais mal et tu dis des choses méchantes! Et en plus, t'aimes pas mon lapin! Moi j'aime que le monsieur gentil, et lui aussi il m'aime, hein monsieur Gentil?»

Il se dirigea vers le Monsieur Gentil et enroula ses bras autour de lui, en cachant sa tête dans son cou. Il se remit à pleurer mais de manière silencieuse cette fois. Puis il redit plus doucement:

« -On va la retrouver ma maman hein, dis?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Faraday [Inactif]

avatar

Nombre de messages : 120
Age : 37
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   Sam 23 Oct - 6:48

Ethan fût surpris de la violence de son hôte lorsque celui-ci gifla sans retenue le pauvre Jimmy et proférer de terrifiantes menaces à son égard. Il remarqua que l'homme-enfant s'agitait, et il devina qu'il avait mordu Karel lorsque ce dernier retira sa main avec une grimace.

« -T'es un méchant monsieur Karel Stamotruc! Tu fais mal et tu dis des choses méchantes! Et en plus, t'aimes pas mon lapin! Moi j'aime que le monsieur gentil, et lui aussi il m'aime, hein monsieur Gentil?»

Même s'il savait qu'il était fou, Ethan appréciait cette attitude vis-à-vis de lui. Puis Jimmy se précipita sur lui et le serra dans une forte étreinte empreinte de désespoir.

« -On va la retrouver ma maman hein, dis?»

Ethan repoussa doucement Jimmy en le tenant fermement par les épaules, son regard sombre planté dans les yeux larmoyants. Il s'efforça d'adopter un ton calme malgré les incontrôlables tremblements qui le traversait sans qu'il comprenne pourquoi.

Ecoute Jimmy, si Karel a fait ça, c'est pour ton bien, le mien, et le sien. Il est aussi gentil que moi. Si tu cries, les hommes en blanc vont arriver et nous enfermer. Ils vont t'enfermer, et vont prendre ton lapin. Tu ne voudrais pas qu'ils le prennent, pas vrai ?

Puis le décor changea. Les couleurs se fondirent, tout tournoya, et il se retrouva dans une pièce sombre. Il était petit, et il avait peur. Un homme le tenait par les épaules, le regardant droit dans les yeux. L'homme portait des vêtements sombres. ses longs cheveux noirs tombaient sur ses épaules, et cachaient des parties de son visage. Il ressemblait beaucoup à Ethan. Ou était-ce Ethan qui lui ressemblait. Ce dernier n'eût pas le temps de se poser plus longtemps la question, car l'homme parla très lentement, d'une voix très grave. Une voix d'outre-tombe.

Si tu cries encore, je vais t'enfermer. Je vais t'enfermer, et je vais battre ta soeur. Tu ne voudrais pas qu'elle aie mal, pas vrai...? Alors tiens-toi tranquille Ethan. Sinon, je vais te faire mal.


Le père d'Ethan disparu, ainsi que toute la pièce. Ethan ouvrit les yeux. Il avait très mal à la tête.
Il était étendu sur le sol de la chambre de Karel. Il venait d'avoir une vision de son enfance. Il savait que l'homme qu'il avait vu était son père. il le sentait. Puis il constata Karel et Jimmy, penchés sur lui, l'air étonné. Afin de détendre l'atmosphère, Ethan sourit.

Je vois que vous avez fini de vous disputer. C'est bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karel Stamenkovic
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 1824
Age : 26
Nationalité : Bosniaque, Français

MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   Mar 26 Oct - 23:10

Karel n’était pas le seul à trembler. La morsure de l’homme-enfant le fouetta comme une punition bien méritée, et son étrange colère retomba d’un coup, le laissant comme vide. Tandis qu’il suivait distraitement du doigt l’empreinte des dents de Jimmy dans sa paume, il remarqua qu’Ethan aussi semblait pris de tremblements incontrôlables. L’instant d’après, l’homme s’effondrait par terre.

-Ethan!

Karel ne put ralentir sa chute, pris par surprise, et l'autre heurta durement les dalles du plancher. Secouant la tête, comme pris dans un cauchemar, il marmonnait des mots indistincts. Karel crut saisir les mots « père », « sœur », et « mal » mais il n’en était pas certain. Était-ce là le genre de « vision du passée » qui hantaient l’Américain? Peut-être ne supportait-il aucune forme de violence?
Puis le jeune homme sembla revenir à lui. Karel sourit faiblement à sa réplique qui se voulait positive mais il devinait que l’autre devait s’être cogné la tête en tombant et n’était sans doute pas en grande forme. Il hésita à l’interroger directement sur son étrange crise, mais le moment semblait peu propice… si l’homme était réellement amnésique, il n’en savait peut-être pas beaucoup lui-même… Il se promit de le questionner davantage dès que l’occasion s’en présenterait. Il était porté à faire confiance à ce nouveau venu qui l’avait déjà surpris à plus d’une reprise pour sa gentillesse... mais raison de plus pour se méfier.
Pour le moment, il se tourna plutôt vers Jimmy en prenant bien soin d’éviter de rencontrer directement le regard azur.

-Tu as raison, Ethan, plus de disputes. Je m’excuse de t’avoir frappé, Jimmy, je ne sais pas ce qui m’as pris. Tu ne veux pas prêter ton lapin à ton ami pour qu’il puisse le consoler? Je ne sais pas si on peut retrouver ta maman, mais on peut tous s’aider… on va t’aider, Ethan et moi, d’accord? Ne pleure plus et tout ira bien, promis.

(My God, désolée Jimmy pour ce poste peu inspirant... alors on a un homme-enfant, un pédophile troublé et un sympathique amnésique pris dans une petite chambre d'un asile... tout est possible. Des idées pour la suite? où est-ce qu'on s'en va avec ça?)

_________________

L'amour n'est pas un crime: c'est une condamnation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asilum.ultimaterpg.org
Jimmy Purter
Patient
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 221
Age : 31
Nationalité : Français

MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   Mer 17 Nov - 14:36

Bien enfoui dans le cou d'Ethan, Jimmy cherchait à se réconforter. Il n'appréciait pas du tout le comportement de l'autre homme par rapport à lui. Quelque chose lui disait: Attention Danger, sans qu'il ne sache vraiment pourquoi. Cela devait être à cause du regard qu'il lançait à son lapin. Pourtant tout le monde vaait toujours aimé son lapin. Même un peu trop dans le cas de sa soeur. Sa soeur... Jimmy secoua la tête pour ne plus penser à elle.
A ce moment, Ethan le fit reculer de manière à pouvoir le regarder dans les yeux. Il était plus grand que lui, et cela rassura Jimmy qui se sentit comme dans une bulle. Les grands yeux d'Ethan le fixait. Son ton était calme, rassurant.

Ecoute Jimmy, si Karel a fait ça, c'est pour ton bien, le mien, et le sien. Il est aussi gentil que moi. Si tu cries, les hommes en blanc vont arriver et nous enfermer. Ils vont t'enfermer, et vont prendre ton lapin. Tu ne voudrais pas qu'ils le prennent, pas vrai ?

Prendre son lapin? Prendre son lapin? Jimmy crut qu'il allait s'étouffer en entendant cela! Ils l'allaient quand même pas oser prendre son lapin! Ça serait juste... abominable! Personne ne pouvait toucher à son lapin! Son petit lapin chéri! Ils avaient vécu tant de choses ensembles! Lui et son lapin! Deux personnes à part entière. Lui. Son lapin. Et là, on lui disait, qu'on risquait de prendre son lapin!
Jimmy n'avait même pas pris garde au reste de la phrase, la seule chose qu'il avait retenu c'était ces mots: « prendre ton lapin ». Il se répétait ces mots en boucle dans sa tête, et même les prononca lentement, doucement, comme pour se convaincre que cela ne pouvait pas être possible...

« -Prendre ... mon... lapin... Prendre... mon... lapin...»

Trop occupé à se répéter ces phrases dont il comprenait toute la gravité qu'elles représentaient, il ne se rendit pas compte que le Monsieur Gentil comme il l'appelait était en train de tomber. Il entendit un léger Boum qui le sortit de sa torpeur et il regarda autour de lui sans comprendre. Il vit Ethan allongé sur le sol, et Karel penché sur lui. Il s'approcha en tenant fort son lapin contre lui. Il ne comprenait pas vraiment ce qui se passait, mais savait que ce n'était pas normal. Il aurait bien aimé demander à Karel qu'il lui explique la situation, mais Karel n'aurait pas su comment s'y prendre, il lui aurait encore parler méchamment, et il n'avait pas envie. Donc il se contenta d'observer sans dire un mot. La situation était grave.
Au bout de quelques instants, Ethan ouvrit les yeux, leur lança un sourire timide en disant:

Je vois que vous avez fini de vous disputer. C'est bien.

Jimmy se demanda qui était le vous, et il prit conscience que c'était lui et Karel. Il regarda Karel en reculant. Oui, ils avaient finis de se disputer, mais Jimmy restait tout de même sur ses gardes. Karel l'avait quand même gifflé et il avait parlé méchamment de son lapin.

-Tu as raison, Ethan, plus de disputes. Je m’excuse de t’avoir frappé, Jimmy, je ne sais pas ce qui m’as pris. Tu ne veux pas prêter ton lapin à ton ami pour qu’il puisse le consoler? Je ne sais pas si on peut retrouver ta maman, mais on peut tous s’aider… on va t’aider, Ethan et moi, d’accord? Ne pleure plus et tout ira bien, promis.

Trop d'informations en même temps! Trop d'informations en même temps! Plus de dispute, ça, ça restait à voir. Il s'excuse de l'avoir frappé. Excuses acceptées. Prêter son lapin? Pas question. Pour le consoler. A voir. L'aider à retrouver sa maman, très bonne idée. Ne plus pleurer, ça risquait d'être dur. Il avait tendance à être très sensible... Et en plus Karel ne l'avait pas regardé dans les yeux en lui parlant, donc du coup, il n'avait pas tout de suite compris qu'il lui parlait.

Jimmy serra un peu plus fort son lapin dans ses bras, hésitant à le prêter au Monsieur Gentil. C'est pas qu'il ne voulait aps, mais c'était son lapin, et il avait de très mauvais souvenirs quand il s'agissait de prêter quelque chose... Sa soeur lui avait tout pris, jusqu'à ce qu'il finisse par bruler tous ses jouets pour éviter de les prêter à son horrible soeur Joëlle.
Jimmy était en plein coeur d'un dilemme. Il voulait aider le Monsieur Gentil mais d'un autre côté, c'était son lapin. Il se mit à se mordre les ongles, hésitant sur ce qu'il allait faire. Des larmes commencèrent à remonter, il ne savait vraiment pas quoi faire.

« -Mais...mais...mais je peux pas lui prêter mon lapin...»

Il était à deux doigts de se remettre à pleurer, et faisait un gros effort pour se retenir parce qu'on lui avait demandé. Alors pour changer de sujet, avec l'innocence des enfants, il demanda d'une voix douce:

« -Qu'est-ce que t'as eu Monsieur le Gentil? T'étais fatigué et tu voulais dormir?»

Il ressera un peu plus fort son lapin contre lui pour qu'ils oublient de lui demander de le prêter, cherchant à le cacher dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elle est où ma maman?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Elle est où ma maman?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» L'armée d'Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?
» Elle est admirable cette haitienne.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asilum :: CSHEMAS: Intérieur :: Salle Commune-