AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les grands esprits se rencontrent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dr. Mikhaïl Dimitriov
Directeur-adjoint du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 71
Nationalité : Russe

MessageSujet: Les grands esprits se rencontrent   Jeu 28 Oct - 20:44

Dans l’antichambre du Docteur Millet, j’étais assis sur une chaise cousinée. J’attendais qu’on m’ouvre et qu’on m’accueille. Patiemment, j’attendais, je regardais les photographies du docteur en compagnie de certains personnages du monde de la psychologie, des couvertures de magazines le montrant en compagnie de Freud afin de vendre. Il était évident que j’allais rencontrer quelqu’un d’intéressent.

Je me mis à regarder mon agenda, m’assurer que je m’étais débarrassé de tous mes rendez-vous avant de partir pour l’antarctique. Il n’en restait pas un. Pas de problèmes, pas d’entraves. J’avais bien hâte d’attaquer les dossiers des patients, de les dévorer afin de mieux pouvoir riposter. J’avais lu la politique du centre mais je ne comprenais pas à quel point, en tant qu’employé du centre, j’étais couvert par le contrat que les patients signent à leur entrée au centre. Je ne suis pas tenu responsable…

Pris au sens littéral, je pourrai essayer beaucoup de choses, expérimenter bien des choses. Je pourrai accomplir mon objectif, je pourrai essayer de repousser les limites de l’esprit humain, voir quel degré de stress et de tourment il peut subir avant d’être réduit en fragments d’humanités dont on ne perçoit que des reflets. Je savais quel genre de patients j’allais rencontrer mais j’avais bien hâte de les connaître.

J’avais surtout hâte de côtoyer le docteur Millet et de collaborer avec lui…


Dernière édition par Dr. Mikhaïl Dimitriov le Mar 2 Nov - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Clarence Millet
Directeur du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 2301
Age : 40
Nationalité : Français

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Lun 1 Nov - 21:07

Des reflets renvoyaient des reflets, à l’infini, des reflets de reflets de reflets, et ce pour aussi loin qu’il était possible d’imaginer. Un regard sombre et illuminé par quelque chose de trouble, un regard qui traversait les âmes comme un rayon X traverse la chair, qui détruisait tout sur son passage comme une marée noire. Un sourire jaunit l’accompagnait derrière les immenses glaces murales, aussi annonciateur de bonne nouvelle qu’un champignon atomique.

Quelque chose clochait au CSHEMAS depuis un moment. L’atmosphère s’était considérablement alourdie au cours de la semaine, comme les patients voyaient leur directeur pardonner des fautes qu’il aurait, normalement, sévèrement punies; et leurs permissions s’accroîtrent de jour en jour. Tout le monde attendait en crevant de peur de découvrir ce qui rendait le Docteur Millet d’humeur si guillerette. Aujourd’hui, on avait eu un frisson d’effroi en voyant un hélicoptère de service se poser pour un individu en tous points différents d’un patient. On murmurait avec horreur sur le nouveau venu, en cet instant même, dans les couloirs de l’établissement. Il y avait quelque chose d’horriblement dérangeant dans sa venue, quelque chose dans le fait qu’il marchait avec tant d’aise là où plusieurs membres du personnel avaient des difficultés à finir leur première semaine. On demandait qui était cet homme et dont les infirmiers taisaient le nom avec un air buté. Les employés murmuraient entre eux en se séparant dès qu’un malade essayait de tendre un peu plus l’oreille, en fronçant des sourcils que plusieurs qualifiaient d’inquiets.

Les reflets qui renvoyaient des reflets s’illuminèrent lorsque les caméras indiquèrent un étranger dans la salle d’attente. Clarence le repassa des yeux pendant plusieurs minutes avant d’effectuer le moindre mouvement pour se lever. Puis, le lion bondit de son trône et ouvrit la porte de son bureau en grand, scannant la salle de ses prunelles, arrêtant un moment sur Sélena occupée à trier Dieu sait quoi, pour ensuite finir leurs course sur le nouvel arrivé. Le directeur s’avança d’un pas royal dans la petite pièce, levant la main à l’encontre de son collègue, un sourire satisfait étalé sur son faciès.

« Bienvenue au CSHEMAS, Dr. Dimitriov. C’est une réelle satisfaction de pouvoir vous comptez parmi nous à partir d’aujourd’hui. »

Et peut-être la gravité de cette affirmation causa-t-elle des répercussions dans tout le centre, car partout on sentit que quelque chose était arrivée. Un frisson immense parcouru l’ensembles des gens présents en Antarctique, épargnant les deux protagonistes se faisant face pour faire front commun dans l’anti-chambre de la salle au miroirs. Millet ignorait tout cela, mais il espérait inconsciemment dégager assez de mauvaises ondes de son propre plaisir pour empoisonner les rares patients qui survivaient encore à ses traitements.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Mikhaïl Dimitriov
Directeur-adjoint du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 71
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Mar 2 Nov - 14:04

Le docteur Dimitriov regarda sa montre. Il n’avait pas attendu très longtemps mais il décida quand même, pour patienter, d’ouvrir l’uns de ses délices sucrés. Il fouilla dans son attaché case en aluminium, le seul bagage qui ne fut pas emmené vers ses quartiers, et en sortit un suçon rouge dans un petit emballage de plastique.

Il eut à peine le temps de dépecer la sucrerie de sa protection cellophanesque (vive les néologismes) et de goûter l’arôme de cerises du bloc de sucre sur un petit bâton que le docteur Millet sortait de son bureau avec un air que Dimitriov connaissait et avait déjà vu. Pas qu’il le lui reprochait mais il l’observait. Il écouta attentivement ce que le docteur lui dit et se leva afin de recevoir la main amicale qui lui était tendue. Gâterie toujours en bouche, il sourit de toutes ses dents. L’air devenait malsain autour des deux hommes, une dangereuse collaboration était sur le point de se former.

« Cher Docteur Millet, il me fait plaisir de vous voir de nouveau. Je suis aussi bien heureux de pouvoir travailler avec vous dans cet établissement. » Dit-il. Il avait un léger accent slave entremêlé d’un accent anglais de Londres. En présence du docteur Millet, il se redressait par respect pour son collègue et supérieur. On voyait l’homme sans artifices.

Il relâcha la main du docteur afin de ramasser sa valise, puis se dirigea vers le bureau du docteur avec lui afin d’officialiser son embauche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Clarence Millet
Directeur du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 2301
Age : 40
Nationalité : Français

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Mer 3 Nov - 19:38

La salle aux miroirs n’avait jamais tiré si bonne mine depuis sa construction : les glaces avaient toutes été longuement nettoyées, comme tout le reste du bureau, jusqu’à ce que celui-ci étincelle au moins autant que les neiges presque éternelles qui entouraient le centre. La chaise qui trônait habituellement devant l’imposant meuble où siégeait le directeur avait été tirée d’un côté de la pièce, faisant place à un fauteuil aussi élégant que confortable : Clarence avait sortit ses plus belles pièces pour accueillir son collègue de manière souveraine au pays des fous. Il s’assit en même temps que son invité.

« Voudriez-vous quelque chose à boire avant que nous commencions Docteur? Malgré l’isolement radical du CSHEMAS, nous avons une quantité importante de produits très diversifiés qui savent répondre aux différents régimes alimentaires de nos patients et de nos employés. »

Tout cela et une technologie extrêmement avancée qui transformait l’asile en véritable havre de paix pour les rares détenteurs des codes et cartes d’accès qui ouvraient toutes les portes, ainsi que les bonnes rétines, empreintes digitales et voix servant à déverrouiller les endroits plus sécurisés; choses que Clarence possédait toutes, sans l’ombre d’un doute, et dont il allait faire l’aimable partage avec son nouvel adjoint.

Des documents s’empilaient devant le Docteur Millet, portant le symbole du CSHEMAS en en-tête. C’était là les différents contrats de travail et de confidentialité que le directeur adjoint devait signer avant de commencer à porter officiellement son titre. Une plume engravée pompeusement du nom complet du centre était placée à côté, parallèlement, prête à être utilisé pour une courte série de signatures apposées au bas de pages qui ne seraient probablement pas lues en premier lieu. Les doigts de Clarence trépignaient d’impatience de pousser le paquer de feuilles vers l’autre psychiatre.

« Il ne vous resterait qu’à signer ces diverses contrats – dont vous avez déjà pris connaissance à Londres, je suppose – avant d’être officiellement des nôtres. »

Ses mains prirent finalement le contrôle d’elles-mêmes, poussant d’un geste un brin trop enthousiaste les contrats vers l’autres côté du bureau, le stylo suivant presque au même moment. Les yeux de lion brillaient d’une lueur qu’on pourrait qualifier de malsaine. Il voyait déjà dans sa tête toutes les conséquences que ce traité aurait dans l’hôpital. L’alliance entre le Lion et le Loup. Ce serait la fin des gazelles…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Mikhaïl Dimitriov
Directeur-adjoint du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 71
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Mer 3 Nov - 21:09

Il observa l’omniprésence des miroirs dans la pièce mais n’y porta pas attention. Du moins, il ne fixait pas son entière attention sur les miroirs. Il avait d’autres préoccupations en tête pour le moment. Il est à noter que, dans la présente phrase, « préoccupation » n’est pas au sens négatif. Il allait connaître l’une des plus grandes avancées de sa carrière et il lui tardait de commencer à exercer sa profession dans l’enceinte du Centre.

À la proposition de Clarence de lui offrir quelque chose, il répondit. « Volontiers, un Darjeeling avec deux sucres s’il vous plaît. » dit-il avant d’écraser sa sucrerie entre ses molaires et de déposer le bâtonnet de plastique dans un mouchoir en papier qu’il enfourna dans sa poche. L’une des nombreuses choses que l’Angleterre lui a apprise, c’est une certaine étiquette ainsi que la notion du thé. Sans dire qu’il était un fanatique de la tradition du « afternoon tea », il prenait plaisir à l’honorer et à avait même emmené son attirail à thé, des pièces antiques de la plus grande qualité.

Il jeta un coup d’œil aux papiers qui furent placés devant lui, papiers qui mirent la puce à l’oreille de sa secrétaire concernant son départ. Elle ne reconnaissait pas l’enseigne du centre et se douta de quelque chose. « Bien entendu que je les ai lu. J’ai lu tout ce qu’il fallait avant même de m’embarquer dans l’avion. Je suis un homme consciencieux Docteur Millet. »

Il fit une brève pause, le temps que les papiers furent poussés vers lui et, d’un sourire malicieux, pris son propre stylo-plume argenté sur lequel était engravé une tête de loup stylisé. Il se mit à signer les différents papiers. Le tout faisait étrangement penser aux multiples légendes racontant les faits et méfaits d’hommes signant un contrat avec le diable. Sauf que cette fois ci, c’était le diable qui signait un contrat avec un congénère. « Puis-je vous appeler Clarence? » dit-il une fois que les signatures furent complétées, repoussant la pile de papiers vers son collègue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Clarence Millet
Directeur du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 2301
Age : 40
Nationalité : Français

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Jeu 4 Nov - 17:46

Deux prédateurs venaient de griffer d’encre des mots qui leurs permettaient mutuellement à la fois de se protéger et de faire absolument tout ce qu’ils voulaient de leurs proies. Ou patients, comme on avait plus tendance à les appeler dans le centre. La paperasse disparue en un clin d’œil dans le classeur de Clarence, enfermée dans un caisson indestructible, avec les autres contrats signés par le reste du personnel. Ceux des patients reposaient dans le tiroir du dessous, tout aussi bien protégés.

« Je suppose que plus rien ne vous en empêche désormais, très cher. Tant que ce genre de familiarités n’interfère pas dans nos travaux respectifs, je n’y vois pas d’inconvénients. »

Le Docteur se lissa le menton du bout des doigts en observant d’un œil avisé son collègue. Mikhail lui ressemblait beaucoup, d’un point de vu objectif autant que subjectif, et cela était pour beaucoup dans le sourire satisfait de Clarence. Combien de demandes d’emplois avaient été refusées pour le poste avant que le Directeur n’engage son alter ego sans demander à le rencontrer auparavant. Il faut dire que sa lettre de motivation avait été d’un intérêt suffisant à Clarence pour qu’il l’engage sans lui faire passer d’entrevue. Le Lion sentait qu’ils sortaient tous deux du même moule – bien que le Docteur Millet eut ses quelques brins d’excellence de plus qui lui avaient permis de mener un projet si grand à terme.

« J’imagine que vous avez encore quelques questionnements qui vous trottent en tête et dont personne n’a su vous offrir de réponse satisfaisante. Si vous avez quels que préoccupations que ce soit, je suis sans doute la personne la mieux placée pour vous aider. Si vous le désirer, au contraire, nous pouvons écourter cet entretien et je vous laisserai vous diriger vers vos quartiers. Il est probable que le voyage depuis Londres vous ai épuisé – l’hélicoptère à partir de Melbourne est particulièrement pénible selon ce qu’on raconte – et que vous souhaitiez vous reposer. »

Depuis l’ouverture du CSHEMAS, peu avaient été les hommes qui retournaient sur les continents habités après avoir mis pied en Antarctique. Aucun patient n’avait jamais fait le voyage du retour encore, et seulement les employés licenciés avaient pu rentrer à la maison – mais dans quel état! Un bateau venait porter les marchandises impossibles à produire tout les deux mois. Pour le reste, le centre était presque autosuffisant, limitant par le fait même les contacts avec l’extérieur. Et rien, non rien au monde, ne rendait le Docteur Millet plus fier de son projet que cela : il avait créé une société indépendante fonctionnant sur un régime autocratique légitime et financé par l’ensemble du reste de la population terrestre.

Son reflet lui tira un sourire immense et Clarence sentit son cœur s’inonder d’orgueil : il était beau, il était intelligent, et maintenant, ils étaient deux à partager sa vision des choses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Mikhaïl Dimitriov
Directeur-adjoint du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 71
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Mer 10 Nov - 14:34

Plus Clarence lui parlait, plus Mikhaïl trouvait qu’il était un homme à son image. Intelligent, intrépide, débrouillard, puissant, invincible. Il n’avait que l’avantage de l’avance en ce qui a trait au CSHEMAS car il a « inventé » le centre avant lui. Il était certain que les deux hommes allaient s’entendre à merveille.

Oui, il avait une question, une seule. « Il est mentionné que nous ne sommes pas responsable de ce qui arrive aux patients. À quel point sommes-nous couverts par cette politique? » Il posa cette question avec un sourire en coin. Un sourire maléfique, machiavélique, presque méchant. Pas qu’il voulait le malheur des patients, mais il savait que ce serait un effet secondaire quasi assuré de son travail.

Après cela, il irait se reposer dans ses quartiers. Effectivement, l’hélicoptère en provenance de Melbourne avait été long et pénible et il lui tardait de se détendre dans un bon bain chaud en lisant les dossiers des patients. Après tout, le loup devra connaître ses proies avant de les chasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Clarence Millet
Directeur du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 2301
Age : 40
Nationalité : Français

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Jeu 16 Déc - 15:48

On n’avait jamais osé demander ouvertement dans ce bureau ce que signifiait la dernière clause des règlements du CSHÉMAS. Mais Clarence en avait entendu parler en long et en large lorsqu’il avait commencé son projet à l’OMS, de cette fameuse ligne. Au final, le Docteur avait gagné contre l’organisation, Dieu sait comment – et, à vrai dire, le vrai visage du psychiatre ne s’était révélé que lorsque ses deux pieds s’étaient fièrement plantés dans le sol gelé devant la porte d’entrée de l’établissement. On dirait plus tard que « rien ne pouvait laisser présager que le Docteur Millet puisse avoir des comportements aussi… ignobles ».

Le Docteur accueilli donc la question d’un hochement de tête compréhensif. Il ramassa une enveloppe accotée sur le moniteur de son ordinateur de sa main droite et la posa devant lui en expliquant la politique interne du CSHÉMAS au sujet des « désagréments liés au séjour du patient ».

« En aucun cas et sous aucune circonstance un employé ne pourra être tenu responsable d’aucune façon que ce soit d’un… incident… qui arriverait au patient. Nous sommes le centre de la dernière chance, plusieurs de nos patients auraient été condamnés à mort et exécutés s’ils ne s’étaient pas retrouvés ici. »

Les yeux du psychiatre devinrent plus brillants alors qu’il se permettait d’affirmer clairement une opinion à voix haute.

« Les plus cyniques diront qu’ils n’ont fait que retarder leur sentence… »

Puis, il se racla la gorge et détourna le regard, non pas mal à l’aise, mais sentant une fébrilité trop intense lui gagner les entrailles qui le ferait trop parler s’il ne se contrôlait pas. Il continua en tendant l’enveloppe cachetée au directeur-adjoint. Au dos, on pouvait lire une adresse écrite de l’écriture fine et allongée de Clarence. Il s’agissait d’une lettre destinée à M. et Mme. Netzeband, qui s’en irait vers la Belgique lorsque le prochain hélicoptère viendrait porter des provisions au centre.

« Les patients signent aussi un contrat; leur tuteur le fait, s’ils ne sont pas majeurs. Et dans le pire des cas, ceux-ci recevront le même genre de message. C’est la deuxième fois que je dois envoyer ce genre de lettre cette année. »

Clarence minimisait les chiffres. Il envoyait, en moyenne, une lettre par mois, depuis l’ouverture du centre. Si le papier était sobre et exprimait seulement les plus profonds regrets de l’ensemble du CSHÉMAS envers la disparition de M. ou Mme. X, le psychiatre en chef gardait des comptes exacts de ce qui s’était passé – ou voulait bien faire croire qu’il s’était passé. Il y avait eu des suicides, des accidents, des erreurs médicales, un empoisonnement alimentaire, deux disparitions inexpliquées, une expliquée, et d’autres.

« Celui-ci, monsieur Volker Netzeband, s’est volatilisé du centre. Généralement, on les retrouve après deux ou trois jours, morts gelés – surtout à cette période-ci de l’année -, mais Netzeband demeure introuvable depuis plusieurs jours. Nous les considérons décédés après une semaine sans nourriture et eau. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Mikhaïl Dimitriov
Directeur-adjoint du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 71
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Mar 8 Fév - 22:48

(Désolé, ça a été long..)

La description de la clause sur la non-responsabilité du personnel enjoua le Docteur Dimitriov. Il contint son engouement qui pourrait être jugé inapproprié par son collègue et ami et se contenta de hocher de la tête, laissant tout de même échapper un léger sourire qui pourrait être interprété comme sadique par certains mais, par lui, comme sincère. Il allait pouvoir expérimenter comme bon lui semblait, avec les méthodes qui lui plairont. Les limites légales et humaines tombées, il pourrait repousser la science plus loin qu’elle ne l’a jamais été, un peu à la manière des Nazis avouerait-il.

Il porta attention à la description de l’enveloppe qui lui était présentée. Triste et regrettable, cela était une malheureuse tache sur les statistiques du Centre. Il voudrait par contre en savoir un peu plus sur ces événements et sur son accès aux informations. « Sans vouloir me montrer indiscret Docteur Millet, j’aimerais aussi savoir quel sera l’étendue de mon pouvoir en cet établissement ainsi que mon accès à l’information. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Clarence Millet
Directeur du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 2301
Age : 40
Nationalité : Français

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Ven 11 Fév - 22:29

Clarence croisa les doigts et posa son menton dessus, les coudes accotés sur son bureau : son collègue semblait encore douter de l’amplitude des capacités que la direction de l’établissement avait. Il n’y avait absolument rien à redouter, ni personne à qui mentir : les faits et la vérité sortaient de la bouche du directeur et n’étaient pas contestables. Le CSHEMAS avait des comptes à rendre à l’OMS mais personne n’avait vraiment envie de se plonger dans des vérifications assidues quant aux informations reçues. Si plusieurs savaient que quelque chose clochait dans ce projet démentiel, peu avaient le courage de venir vraiment creuser la question – et, de toute façon, c’était inutile, la machine était désormais impossible à arrêter et beaucoup trop puissante.

« Comme je vous l’ai dit, nos contrats nous couvrent sur absolument tout ce qui pourrait survenir. En tant que directeur-adjoint, vous avez autorité directe sur l’intégralité du personnel du CSHEMAS, moi excepté. J’apprécierais, dans le cas de traitement non-usuel – ou équivalent – que vous me fassiez part de vos plans avant de les mettre à exécution. Pour ce qui est du reste, votre bureau est muni d’un système semblable au mien qui vous permet, dans les limites du possible, d’observer en direct à l’aide des caméras de surveillance les points d’importance majeures de l’institut. Vous remarquerez cependant que vous n’avez pas accès à toutes les vidéos enregistrées, notamment celles donnant sur les chambres des patients, du personnel et des salles de bain. Nos deux bureaux ne sont pas munis de système de vidéosurveillance, soit dit en passant. »

Le directeur déplia les doigts en indiquant l’absence de système électronique sur les murs.

« Par ailleurs, si vous souhaitez obtenir une information que vous ne détenez pas – les dossiers de patients qui ne vous sont pas attribués, par exemple – vous n’aurez qu’à me le demander et je trouverais une solution qui nous satisfera tous les deux. »

Clarence ouvrit un nouveau tiroir en parlant, et en sortit une carte magnétique sobrement décorée du sigle du CSHEMAS et du nom de son propriétaire – à savoir, le Dr. Dimitriov. Le directeur tendit le pass à son collègue.

« Voilà, pendant que j’y pense. Cette carte vous fera office de clé pour aujourd’hui : vous pourrez ensuite programmer vous-même les différents codes d’accès que vous souhaitez utiliser dans le centre. Certaines zones sont plus restreintes et vous demanderont des identifications vocales ou digitales. »

Il reprit sa position initiale, toujours ouvert aux éventuelles questions que pourraient encore avoir Mikhaïl.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Mikhaïl Dimitriov
Directeur-adjoint du CSHEMAS
avatar

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 71
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   Mar 22 Fév - 0:12

Le docteur accepta la carte qui lui était remise et se mit en tête de se procurer une attache afin de l’accrocher à sa ceinture. Une attache très résistante et sécuritaire de préférence. Il serait très fâcheux que des patients sans scrupules aient accès à des zones restreintes et sèment la pagaille dans le centre.

Il accrocha par contre à la restriction sur les caméras des chambres des patients. C’était la restriction qu’il avait de la difficulté à comprendre et à expliquer. Un suivi direct et visuel des patients, du moins, de ses patients, serait un atout pour ses stratégies et ses traitements. S’il ne peut pas surveiller et observer ses patients à distance, il lui manquera des données très importantes et, bien que stipulé par son contrat qu’il a l’absolu pouvoir en l’enceinte du centre, il aimerais ne pas avoir recours à la falsification afin de justifier ses actions.

« Eh bien, mis à part mon interrogation au sujet de la restriction de mon accès aux caméras dans la chambre des patients, je ne vois pas grand-chose. Quoique l’accès aux caméras des chambres des employés et salles de bain sois explicable, je ne m’explique pas très bien la restriction sur les chambres des patients. Je crois qu’il serait bénéfique que je dispose de l’accès à ces informations. Là-dessus, vous avez le dernier mot cher ami, et je m’y plierai. »

Invariablement de la réponse du docteur Millet, le docteur Dimitriov se leva et tendis la main au Docteur Millet afin de sceller cette terrible entente. « Je crois que je vais beaucoup apprécier mon séjour ici Clarence, si je puis vous appeler ainsi. En privé, bien sûr. »

(Je crois que le RP tire à sa fin.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les grands esprits se rencontrent   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les grands esprits se rencontrent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les grands esprits discutent des idées ; les esprits moyensdiscutent des événements ; les petits esprits discutent des gens. | PV Helvia
» Les grands esprits se trouvent toujours [Pv Carl/Iosa/Vindi]
» Grands garçons musclés et bronzés
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Asilum :: CSHEMAS: Intérieur :: Bureaux des psychiatres-